Se déplacer à vélo

Se déplacer à vélo : mon moyen de transport depuis maintenant deux ans. Impossible de m’en passer ! Et si c’était à votre tour d’emprunter les pistes cyclables ? Ça tombe bien, c’est conseillé avec le déconfinement.


Le micro de Camille
Se déplacer à vélo
Le micro de CamilleSe déplacer à vélo

 

Cette semaine, les libraires, coiffeurs, fleuristes ou encore les employés de boutiques de prêt-à-porter ont repris le chemin du boulot. Pour ceux qui peuvent continuer à la maison, le télétravail est clairement recommandé face au coronavirus. Encore plus dans les grandes villes ! Justement, une autre consigne de ce déconfinement, c’est l’utilisation le moins possible des transports en commun… L’idée est d’éviter une ruée dans le métro et un regain de l’épidémie. Pour cela, une solution : la vélorution ! Je valide totalement le mouvement.

Vélo-boulot-dodo est le nouveau métro-boulot-dodo

Oui, le vélo est une super idée pour ce déconfinement. Il l’était déjà avant ! En plus d’être bon pour la santé et pour l’environnement, le vélo permet aussi de conserver la distanciation sociale, nécessaire pour éviter tout risque de contagion du virus. C’est un vrai geste barrière. Et même si les pistes cyclables sont prises d’assaut, ce sera toujours mieux que de se retrouver au milieu de la foule des transports en commun. Et quelle avancée pour tous les pro-vélos ! Elisabeth Borne, la ministre des transports, a récemment déclaré qu’elle souhaitait que le vélo soit perçu comme un mode de transport à part entière et pas seulement comme un loisir : une franche position du gouvernement. La ministre parle même d’une nouvelle étape dans la culture vélo, ça promet !

Capture d'écran du compte Twitter d'Elisabeth Borne, la ministre des transports
Capture d’écran du compte Twitter de la ministre des transports, Elisabeth Borne.

Le plan vélo du gouvernement face au coronavirus

Un dispositif a même été lancé pour inciter les Français à circuler à vélo. Vous avez peut-être une vieille bicyclette qui traîne dans votre garage ou chez vos parents… Eh bien, vous pouvez la dépoussiérer et l’amener dans un atelier pour la remettre en selle. L’Etat a prévu une prime jusqu’à 50 € pour la réparation d’un vélo (je précise bien, cela concerne uniquement les opérations de remise en état). Autres mesures du plan du gouvernement : financer des places de stationnement temporaires et des formations gratuites avec un moniteur pour apprendre à circuler en sécurité. Vous avez toutes les infos sur ce site Internet.

Certaines villes ont même pris les devants bien avant le 11 mai (date du début du déconfinement) en créant de nouvelles pistes cyclables. Certains sont temporaires pour répondre au plus vite à la crise. D’autres s’inscriront dans la durée. Dans ma ville (Clichy-la-Garenne, à côté de Paris), les agents de la voirie ont réalisé de nouveaux marquages au sol. Possibilité de double-sens dans certaines rues, des “sas vélos” sur plusieurs carrefours à feux… C’est réussi ! Des “coronapistes” ou des pistes cyclables pop-up ont été aménagées dans pas mal de villes ces derniers jours : Montpellier, Toulouse ou encore Versailles… Il s’agit de pistes éphémères protégées par des balises amovibles. Le vélo est de plus en plus reconnu sur la voie publique ! Je vois clairement la différence.

Moi, Camille, 28 ans, au guidon d’un vélo pliant Brompton depuis deux ans

Je suis une vélo-taffeuse : j’utilise un vélo pour mon trajet domicile-travail. Il y a deux ans, j’ai décidé de m’en acheter un : j’en avais marre de prendre le métro ou d’attendre le bus. Si je vous dis que je suis passée de 45 min de temps de transport à 25 min, vous me croyez ? Oui, c’est dingue et pourtant, c’est vrai. Le vélo est clairement un gain de temps (surtout en ville). Et puis, c’est tellement plus agréable de pédaler à l’air libre (même si celui-ci est pollué – merci Paris) que d’être serré comme des sardines dans les rames du métro.

Alors, je n’ai pas choisi n’importe quel vélo : je l’ai pris pliant. Un vélo de la marque Brompton, un fabricant anglais très connu des cyclistes. C’est l’une des meilleures marques de vélos pliants. Le pliage et le dépliage sont très faciles (quelques secondes à peine) et il est peu encombrant. L’idéal, si comme moi, vous n’avez pas de balcon ou de box pour le ranger chez vous (le mien est posé dans l’entrée de mon appartement et il ne dérange absolument pas).

J’ai choisi le côté pliant pour pouvoir le mettre facilement dans une voiture. Pour aller au boulot tous les jours, je prends un taxi (je commence très très tôt le matin : il fait encore nuit !). Je voulais donc pouvoir mettre facilement le vélo dans le coffre du taxi (ou la malle pour les sudistes #jeviensdusud). Je peux aussi le prendre dans tous les autres moyens de transport. Il se plie donc il passe partout : le train, le métro, le tram… Seul inconvénient : il est un peu lourd à porter mais sur de très courtes distances, ça passe.

Ce vélo est clairement mon meilleur achat de ces deux dernières années… Je vous jure, il m’a sauvée pendant les grèves XXL dans les transports fin 2019 et encore maintenant, il me préserve du Covid-19. Grâce à lui, je n’ai pas besoin d’emprunter les transports en commun et c’est un vrai soulagement ! Alors, oui, c’était un sacré budget (environ 1500 €) mais c’est un investissement sur le long terme.

Prêts à devenir cyclistes ?

Allez, maintenant, à vous de vous lancer ! Je serai super contente de vous croiser sur une piste cyclable. Il existe de nombreux types de vélo. Tout dépend de votre besoin et de votre distance quotidienne à parcourir. Pour vous donner une première idée de toutes les possibilités, j’en parle dans le sonore de cet article avec Céline, la responsable marketing et communication chez Cyclable (un réseau de magasins spécialistes du vélo).

Un magasin de vélos Cyclable
Un magasin Cyclable à Paris.

Si vous n’avez pas les moyens de vous acheter un vélo dans l’immédiat, vous pouvez aussi en louer un ou utiliser les vélos partagés. Toutes les grandes villes proposent ce service (Vélib’ à Paris, Vélo’v à Lyon, VélÔToulouse à Toulouse, Vélo Bleu à Nice, Bicloo à Nantes ou encore V’Lille à Lille évidemment). C’est clairement mieux que de prendre le métro ou le tram. Mais, en pleine épidémie de coronavirus, je vous recommande quand même d’avoir votre propre vélo. Le principe même de ce service est de partager les vélos. Comment être sûr que tous les utilisateurs se laveront bien les mains avant et après avoir utilisé un Vélib’ ?

Une station de Vélib', proche de Paris

Et une info pour les soignants (il y en a peut-être parmi vous !). JCDecaux – qui exploite de nombreux services de vélo en libre-service partout en France – offre un abonnement d’un an à tout le personnel soignant. Le groupe a pris cette décision suite à la fréquentation soutenue des stations de vélos proches des hôpitaux. Résultat, cela concerne les villes de Nantes, Lyon, Marseille, Toulouse, Nancy, Mulhouse, Amiens, Créteil, Besançon, Rouen et Cergy-Pontoise. Il suffit d’envoyer un justificatif de votre profession à cette adresse mail, en précisant votre ville : contact.cyclocity@jcdecaux.com. Faites passer le message si vous avez des soignants dans votre entourage !


Et toi, tu en penses quoi du vélo ? Prêt(e) à te déplacer à vélo dans ton quotidien ?


Si vous avez aimé ce sujet (encore plus si vous êtes déjà cycliste ou vélo-taffeur), n’hésitez pas à le partager.

10 commentaires pour “Se déplacer à vélo

  1. Je trouve vraiment génial que tu puisses rentrer à vélo et que cela te fasse gagner du temps !
    C’est notre rêve d’aller au travail à vélo 🚴 ! Émilie va peut être réaliser ce rêve prochainement en achetant un vélo pliable à Décathlon 😊. L’avantage du vélo pliant c’est qu’on peut le garder à proximité de son bureau au travail. Et le petit bonus, la métropole vient de mettre en place une aide de 100 euros pour l’achat d’un vélo. Affaire à suivre 😉

    1. Merci pour ton commentaire, Ad’. Mais oui, j’adore ma routine vélo !
      Oh, j’espère que votre rêve deviendra réalité avec Emilie !! Super idée le vélo pliant. Je ne connais pas les produits Décathlon. Oui oui, le mien se range juste à côté de mon bureau, il ne gêne personne ! Trop bien pour l’aide de la métropole !! C’est pour tout type de vélo ou seulement électrique ?

  2. J’ai passé le cap l’an dernier en achetant un vélo électrique, j’emmène Charlie à la crèche et je peux même rentrer manger à la maison !!! Vive le vélo !!!
    Depuis décembre, en île de France, une prime de 500€ Pour l’achat d’un vélo neuf… on a monter un dossier pour celui de Vincent. Bonne semaine en vélo !

  3. Le rêve de pouvoir aller travailler en vélo !
    Mon chéri s’est mis au Velib pendant la grève et il ne prend plus le métro que pour des longues distances. Je trouve ça génial ! Moi c’est la circulation de folie sur Paris qui me fait flipper #trouillarde lol.

    1. Ouiiii, je me rends compte que j’ai énormément de chance ! Et je suis sûre, beaucoup de personnes pourraient aussi le faire. 🙂
      Trop bien pour ton chéri ! Il a raison, c’est largement mieux. J’avoue la circulation à Paris, il faut s’adapter mais Anne Hidalgo a créé de nombreuses pistes cyclables supplémentaires et ça aide ! Il faut savoir être prudent, comme lorsqu’on est piéton ou au volant d’une voiture.

  4. Encore un très bon article 🙂 J’adore le côté texte et audio, ça permet de s’adapter à la situation de la personne qui souhaite avoir des informations.
    Je prends beaucoup la location de vélo avec VélÔtoulouse quand je me déplace en centre-ville !

    1. Merci Maëlle pour ton avis ! Eh oui, le côté complémentaire de l’audio et du texte 🙂 je trouve aussi que ça se marie bien. Hihi
      Super la location de VélÔToulouse !! J’ai cité le service en plus dans mon article héhé !

  5. Puisse une majorité de lectrices et lecteurs aller dans votre sens. J’avais déjà fait les 17kms me séparant du centre de Paris en vélo à titre expérimental l’été dernier, voici l’occasion de passer en mode régulier et la rue de Rivoli réservée aux circulations douces, même si c’est éphémère, quel bonheur !

    1. Un message optimiste, Olivier ! Waouh, 17 kms, c’est une belle distance. Vous aviez eu une belle intuition de tester l’itinéraire l’année dernière. 😉 Je suis tout à fait d’accord pour la rue de Rivoli (même si je n’ai pas encore eu l’occasion de l’emprunter depuis les aménagements).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut